La Zone de libre échange africaine (Zlecaf) en marche : six (6) pays africains la mette en œuvre.

0
142

Officiellement entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2022 malgré un contexte Covid étouffant, la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) enregistre actuellement six (6) pays qui sont en train de la mettre en œuvre.  Il s’agit de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Togo, de la Guinée, du Niger et du Burkina Faso. Annonce faite à Lomé par le bureau sous- régional Afrique de l’ouest de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) à l’occasion d’une conversation avec les membres du réseau des journalistes économiques pour L’Afrique de l’ouest.

 La Zlecaf ne peut être perçue comme un éléphant blanc d’autant que la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Togo, le Niger la Guinée et le Burkina sont actuellement dans une phase de mise en œuvre avancée à en croire Jérôme Ouédraogo, Économiste, Statisticien consultant au Bureau économique sous-régional de la CEA. Outre ces pays qui assurent ainsi un certain leadership, le Think-Tank de référence sur l’Afrique a accompagné 8 autres afin qu’ils soient dotés de stratégie nationale. Il s’agit du Nigeria, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, de la Guinée, du Burkina, du Niger, de la Sierra Leone et du Togo.

La Côte d’Ivoire est citée en exemple par les experts de l’organisation internationale pour avoir déjà installé son comité national Zlecaf. Idem pour le Sénégal. Ces deux pays ont validé leurs stratégies nationales et identifié des produits prioritaires sur lesquels ils vont miser et mettre l’accent. Les actions de formation des acteurs (douanes, secteur privé, administration…) ont été listées.

De même, 30 associations ivoiriennes de jeunes qui se sont engagés à travailler d’arrache-pied pour la transformation structurelle de l’économie. Globalement, on constate des niveaux d’évolution différents dans les 54 pays africains pour ce qui concerne l’appropriation et la mise en œuvre de la Zlecaf.

Le Burkina et la Guinée ont aussi validé leurs stratégies mais les récents troubles politiques et l’instabilité ont visiblement ralenti leur progression. En revanche le Bénin et le Liberia n’ont pas encore ratifié la Zlecaf car ils réclament des études pour mieux peaufiner leur processus de prise de décisions.

La Zlecaf va accélérer la transformation structurelle des économies africaines avec un vaste marché d’un milliard 300 millions de consommateurs et un cumul de richesses de plus de 3000 milliards de dollars si l’on cumule les Pib des 54 pays du continent.

Madame Ngoné Diop, Directrice du Bsr/AO de la CEA et présidente de séance, a exprimé toute sa satisfaction relativement aux réalisations du bureau sous régional en espérant de meilleures perspectives à l’horizon 2022/2023. Elle a aussi annoncé l’imminence de la 54ème session de la conférence des ministres africains des finances sur le financement des économies du continent prévue en mars prochain.

ALBERT SAVANA, Financial Afrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici