Guinée Finances : Une enveloppe de 30 mille milliards de GNF pour le Budget 2022

0
142

Après son adoption par ordonnance du Chef de l’État, Président de la Transition, le Colonel Mamadi , le premier Budget sous l’ère de la transition a été solennellement présenté par le Ministre du Budget, son collègue de l’Économie, des Finances et du Plan en compagnie de Mme la Ministre de la Communication,  ce vendredi, 14 janvier 2022 à Conakry.

Ce budget dit « de la refondation » a été élaboré sous le prisme de la Lettre de cadrage du 19 novembre 2021 que le Premier Ministre Chef de Gouvernement Mohamed Béavogui avait adressé aux membres du Gouvernement à l’effet de travailler sur un cadre logique, des axes et composantes réalistes. Un budget  (instrument d’appui au développement et à la gouvernance vertueuse du pays) devant tenir compte du contexte de la transition mais aussi et surtout de la nécessité d’adresser au plus vite et plus près, les besoins et de combler les attentes des population en cette phase critique du pays.

Le Ministre du Budget a souligné d’emblée le caractère réaliste, inclusif et surtout la sincérité des chiffres que ce budget porte, le tout, sou tendu par l’enveloppe globale de 30 mille milliards de GNF.

Pour le Ministre Moussa Cissé, grand architecte de ce budget, au delà des orientations politiques puisées dans les discours majeurs du chef de l’Etat et des principes édictés dans la charte de la transition:  » les prévisions de ce budget tablent sur un taux de croissance de 5,7%, une pression fiscale de l’ordre de 17% assorti d’une volonté d’apurement de la dette intérieure afin de relancer l’économie en apportant un bol d’air aux entreprises et PME / PMI locales ».

Dans l’éclairage du Ministre du Budget, on mise sur la réduction de la forte subvention que le Gouvernement apportait au secteur de l’énergie, un poste qui grevait les maigres  ressources publiques afin de maîtriser au mieux, les dépenses.

Le Ministre Moussa Cissé a annoncé un signal fort notamment la prime à l’augmentation de la part des dépenses d’investissement à hauteur de 25% sur financement propre. Le déficit global du budget 2022 étant estimé à 2,9 % du PIB. On le sait, le pays qui vit les contraintes d’un régime de transition, sevré d’une bonne partie de financements extérieurs, doit impérativement compter sur ses propres ressources mobilisées et gérées efficacement.

                                        Compter sur ses propres forces

Conscient des défis et enjeux liés à la mobilisation et à la sécurisation des recettes intérieures, le Gouvernement met la barre un peu plus haut, en mettant à contribution les Directions et Régies financières de l’État. A l’heure de la refondation, les contrats de performances seront d’une importance capitale. Il faudra gratter dans les niches fiscales, lutter contre la fraude et l’évasion fiscale et récupérer les manques à gagner. Le Ministre du Budget a été catégorique affirmant que «  les prévisions de recettes avec les différentes régies, notamment la Direction générale des Douanes, la Direction générale des Impôts et la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique, ont été projetées à hauteur de 12 mille milliards 590 062 pour les Douanes, 11 mille milliards 365 pour de la DGI et 1815 milliards pour la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique ».

Du gros travail en perspective pour les régies  et Directions Publiques et para publiques.

Le Gouvernement veut un budget de la refondation 2022 en équilibre.  » 30 mille milliards par rapport à 26 mille milliards de GNF, ce qui laisse apparaître un déficit de 4 mille milliards à combler pour avoir un Budget en équilibre ». Ce déficit ainsi identifié sera financé, d’après le Ministre du Budget : « conformément à la loi organique qui autorise le Ministre des Finances à emprunter, à émettre des bons de trésor et à recourir aux prêts ». Une allusion au volet FINEX encore disponible et mobilisable auprès de certains partenaires techniques et financiers de la Guinée.

A la faveur de ce point de presse, le Ministre de l’Économie, des Finances et du Plan lui s’est apaisenti sur le gros contexte local et international qui a présidé à l exercice d’élaboration de ce budget. Dr Lancine Conde rappellera  » les effets de la pandémie covid et le ralentissement économique, l’augmentation du coût du fret international en matière de transports, les prix des matières notamment celui des céréales qui flambent, les tensions et crises géo politiques et à l’interne, l’avènement du CNRD au pouvoir et les efforts engagés pour la refondation du pays ». Un contexte global qui a, de toute évidence, influencé le montage de ce budget qui tranche avec les autres, en termes de rigueur, de réalisme, d’inclusivité et de transparence.

Ce faisant, le Ministre des Finances a mis en exergue les hypothèses de croissance et d’inflation. » Le taux de croissance est estimé à 5,7% celui d’inflation à 12% «  indiquera Dr Lanciné Conde insistant ce faisant sur le fait que le Gouvernement a fini avec le pilotage à vue des finances publiques et surtout « du recours récurrent au douzième budgétaire dans la gestion des ressources publiques ». Ce budget est disponible et opérationnel dès ce moi janvier 2022.

civinewsguinée.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici