Le portefeuille actif des projets BID/Guinée se chiffre à 930 millions de USD.

0
148
Islamic Development Bank (IsDB) (PRNewsfoto/Islamic Development Bank (IsDB))

C’est l’une des bonnes nouvelles de ce début d’année 2022, au moment où quelques Bailleurs de fonds et Partenaires Techniques traditionnels du pays ont dû « geler » par principe leur coopération avec le pays (prise de pouvoir par l’armée oblige) la BID (Banque Islamique de Développement) renforce et consolide son partenariat stratégique avec la Guinée. C’est ce qui ressort de la Revue du portefeuille « Guinée-BID » du 12 janvier dernier à Conakry sous l’égide du Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Gouverneur pays pour la BID en présence du Représentant Résident de la BID, de hauts cadres et techniciens des départements sectoriels et d’agences en charges des projets en Guinée.

Au cours de cette revue, Mr Alpha Bacar Diallo s’est réjoui de la qualité du Partenariat et surtout de la vitalité du portefeuille actif pays qui à date précise-t-il « comprend 26 projets et assistances techniques pour un financement total de 746 millions 700 mille dollars américains. Les deux derniers accords approuvés par la BID portent le montant global du portefeuille en janvier 2022 à 930 millions de dollars US. Fort malheureusement, le taux de décaissement à fin octobre 2021, se situait à 36% (soit 10% d’amélioration par rapport à 2020) ».

Un chiffre certes encourageant mais faible, largement en deca des moyennes sous régionales en lien avec le HUB de Dakar pour un portefeuille dont la moyenne d’âge est de plus de 5 ans. En clair, en dépit de la mise à disposition de ressources conséquentes, la Guinée peine à performer dans sa capacité d’absorption des ressources. La revue du portefeuille de novembre 2021 avait justement identifié et souligné les goulots d’étranglement et les facteurs de blocage qui pénalisent la mise en œuvre des projets.

On peut citer entre autres, le retard dans la déclaration d’entrée en vigueur des accords de financement du fait de la situation politique actuelle en Guinée. A cela s’ajoute, le sempiternel problème de mise à disposition des fonds de contrepartie au titre des ressources du BND (Budget National de Développement). Il y a enfin, la faible maitrise des procédures de passation de marchés et de gestion des contrats sources d’énormes retards dans le démarrage et la mise en œuvre efficace et efficiente des projets BID en Guinée.

Le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Gouverneur Pays pour la BID a tenu cependant à « réaffirmer la ferme volonté des nouvelles autorités de la Transitions à prendre des mesures urgentes et appropriées afin de trouver des solutions pratiques de nature à accélérer la mise en en œuvre du portefeuille au bénéficie des populations guinéennes ». Le Gouvernement s’engage à cet effet, témoigne Dr Lanciné Condé « à travailler à l’allègement des procédures de mise en place des fonds de contrepartie et surtout à simplifier les procédures de passation de marchés ».

La BID approuve la construction de la route Labé-Mali

Il est important d’adresser et de lever rapidement ces obstacles d’autant plus que le pays vient de bénéficier de deux nouvelles approbations par le Conseil d’Administration de la BID. En effet, le 18 décembre dernier, le CA de la BID a formellement approuvé deux projets pour le compte de la Guinée : d’une part, il y a la construction de l’importantissime « Route Labé-Mali » pour une enveloppe de 159 millions 560 mille euros et d’autre part, le financement additionnel du projet Energie de l’OMVG pour 23 millions d’euros. De quoi donc porter le montant global du portefeuille actif des projets BID en Guinée à 930 millions de dollars US.

Dans le but de faciliter la mise en œuvre de cet important portefeuille outre, les engagements pris par le Gouvernement guinéen, la BID envisage d’organiser un atelier en 2022 pour permettre aux parties prenantes des projets de se familiariser avec les procédures de passation de marchés, aussi bien au niveau national qu’au niveau de la BID. La Banque va aussi s’investir davantage dans le suivi rapproché des projets et des mesures identifiées à cet effet.

Des perspectives heureuses et prometeuses pour les années à venir

D’ores et déjà, les Guinéens peuvent se réjouir de l’adoption, en novembre dernier, d’un programme triennal de coopération « 2022-2024 ».  Et, en cette année (2022), trois importants projets devraient être opérationnels. Il s’agit du Projet de construction des ERAM (Ecoles Régionales des Arts et Métiers) dans sa phase 2. Le Gouvernement prépare à cet effet, une requete en urgence pour démarrer, rapidement le projet, eu égard aux besoins énormes dans le domaine de l’enseignement technique et de la formation professionnelle en Guinée. Le second projet portera sur le renforcement du système de santé en cofinancement avec Global Funds. Quant au troisième projet il mettra en valeur le PREREC 3 en préparation avancée.

La Banque Islamique du Développement consciente des dures épreuves que la pandémie de la Covid 19 impose aux pays en développement comme la Guinée, confirme selon, le Représentant Résident de l’Institution en Guinée « sa volonté de soutenir le Gouvernement en place dans le cadre de la restauration de la chaine des approvisionnements du pays en denrées alimentaires de premières nécessités et en produits pétroliers ».

IAB / civinewsguinée.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici