New York : Mme la Ministre Rose Pola Pricemou représente la Guinée au grand Forum ECOSOC sur le développement durable.

0
219

Loin du pays parce que mandatée par le Gouvernement pour porter la voix de la Guinée dans l’enceinte du palais de verre de Manhattan, à New York, Mme la Ministre du Plan et de la Coopération Internationale prend une part active depuis le lundi 17 juillet 2023 au Forum politique de haut niveau sur le développement durable organisé par le Conseil Economique des Nations Unies (ECOSOC).

Mme Rose Pola Pricemou dont le Département gère les questions de Planification du développement et son pendant des ODD, porte l’expertise guinéenne à ce forum politique et social de haut niveau consacré aux question du développement durable. En compagnie des sommités internationales, d’experts et de dirigeants des pays de la planète, Mme la Ministre du Plan et de la Coopération Internationale qui conduit la délégation guinéenne, discute des voies et moyens de parvenir à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) en 2030, dans un contexte mondial qui n’invite en rien à l’optimisme.

Rappelons que dans son rapport spécial soumis à la discussion, intitulé « point sur les objectifs de développement durable : vers un plan de sauvetage pour l’humanité et la planète », le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guiterez indique que de nombreux objectifs accusent un « retard modéré ou sérieux » par rapport à l’échéance 2030.

Pour Mme Rose Pola Pricemou « ce forum a pour objectif de présenter l’état d’avancement de la mise en œuvre des objectifs de développement durable(ODD). Il offre  l’opportunité de discuter des leçons tirées des crises récentes, telles que la pandémie de Covid 19, les crises de la dette et du financement du développement sans oublier les conflits armés et le terrorisme. Et, dans ce domaine de la pandémie COVID, la Guinée réputée pays résilient a une expérience à partager, des pistes de réflexions et d’actions à proposer, c’est pourquoi nous sommes bien présents et très actifs, mon staff et moi, à ce Forum »

En se fiant au Rapport du Secrétaire General de l’ONU présenté à ce forum de l’ECOSOC, deux (2) chiffres résument son inquiétude.  Pour Mr Guiterez « si la tendance actuelle se maintient, 575 millions de personnes vivront encore dans l’extrême pauvreté en 2030 et il faudra 286 ans pour combler les disparités fondées sur le genre en matière de protection juridique. »   Il est donc temps, affirmera-t-il « de tirer la sonnette d’alarme, car à mi-chemin de l’échéance de 2030, les objectifs de développement durable sont en grande difficulté » confiera le Secrétaire général.

Un diagnostic largement partagé par les intervenants de cette première journée de forum dont le thème, cette année, est « l’accélération de la relance après la COVID-19 et la pleine mise en œuvre à tous les niveaux du Programme de développement durable à l’horizon 2030 ». « Le monde est en difficulté », a reconnu M. Arrmanatha Christiawan Nasir, Vice-Président de l’ECOSOC, en rappelant que seulement 12% des cibles des ODD engagées sont sur de bons rails.

Mr le représentant des jeunes, M. Edward Ndopu, a dans un discours remarqué, évoqué tous ceux qui sont laissés de côté, tous les marginalisés, les pauvres, les gens vivant avec un handicap, les femmes, les enfants et les populations autochtones, qui sont trop souvent oubliés.  « Nous avons relégué des millions d’enfants en marge de la société », a-t-il déploré, en dénonçant le potentiel gâché. Devant ce tableau inquiétant, heureusement que des experts, affirment « qu’il n’est pas encore trop tard. » En ce qui concerne le plan du financement –question essentielle pour la Présidente de l’ECOSOC, Mme Lachezara Stoeva qui a rappelé la récente présentation de l’Agenda de Paris pour les peuples et la planète visant à enclencher un « choc de financement » dans ce domaine.

Le Népal, au nom des pays les moins avancés (parmi lesquels figure la Guinée) a exhorté les donateurs à déployer un véritable « plan de relance » pour les ODD.  Mme Rose Pola Pricemou, Ministre guinéen du Plan et de la Coopération Internationale et nombreux intervenants, ont exhorté les pays développés à augmenter leur aide au développement et à procéder aux transferts de technologie nécessaires.  Les participants travaillent d’arrache-pied pour esquisser les contours d’un « plan de sauvetage pour l’humanité et la planète »

Salé Tounkara pour Civinewsguinée

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici